La trompe de chasse est un instrument de musique français en cuivre ou laiton,

utilisé pour la vènerie. Issue des instruments de communication cynégétiques venant

de la nuit des temps signalant par des sons lents ou courts, aigus ou graves, les différentes situations pendant la chasse. Ces instruments étaient faits de cornes d'animaux, de bois puis de cuivre. Les langages exploités par ces instruments s'appelaient les cornures. On chassait alors « À cor et à cris ».

La trompe de chasse

L'action de chasse est accompagnée de sonneries de trompe (fanfares) qui

permettent aux veneurs de communiquer entre eux et avec les chiens.

La trompe de chasse a été adoptée par la vènerie française sous le règne

de Louis XV et l'influence de son maître de vènerie : le marquis de

Dampierre.

Depuis lors, la trompe de chasse est indissociable de la vènerie.

Elle lui doit sa signification et son développement.

Les premières fanfares de chasse remontent à 1723 où Marc-Antoine

marquis de Dampierre écrivit les premières des quelques

6 000 fanfares qui constituent aujourd'hui un patrimoine musical exceptionnel                    (d'après le recueil de fanfares de chasse de la Fédération Internationale des Trompes de France)

Les veneurs sonnent des fanfares dites "de circonstances" pour faire connaître les péripéties de la chasse dont ils sont témoins.

Indépendamment des grands morceaux, on trouve également les fanfares des maîtres, des forêts, des animaux ... 

 

La trompe est une dicipline à part entière, organisée en associations

avec des catégories et concours :

 

  • National :  FIFT

  • Régional :  ATB

  • Local :  Les cinq forêts, groupe breton

  • dont beaucoup de membres chassent à l'équipage,

  • les répétitions ont lieu tous les mercredis soir.

Pour paraphraser Bourvil

"Elle va sonner beaucoup moins bien, forcément ..."

Au cinéma dans le film de Jean Delannoy produit en 1960 (le Baron Jerome Antoine est interprété par Jean GABIN)  une scene ou d'illustres sonneurs Champions de l'époque (Valere Dornez, Jean Simon, Hubert Lebartellier, Hubert Dumont de saint roch, Henri de Linares, Christian Piegat, et Mr le baron Fêle Lyse) interpretent deux fanfares "Le Vol ce l'est" et "L'Antoine"

Equipage de la Hardouinais

Anatomie d'une trompe