Hommage du Maître d'Equipage à Daguet à l'occasion de son départ en retraite.

 

Il y a 40 ans L’Equipage  découvrait   son  nouveau  Piqueux : Daguet

 

Je ne sais pas s’il a été constaté  quelque part que la montée en puissance d’un Equipage ait été aussi intimement liée à l’éclosion et à la compétence d’un piqueux qui a débuté et terminé sa carrière au même endroit.  C’est l’histoire de l’Equipage et de Daguet  entre 1971 et 2011, 40 ans bien remplis avec pour tout le monde le souci constant de faire dans l’excellence au chenil comme à la chasse.

 

La rencontre de Daguet avec  les fondatrices de l’Equipage que sont

La Comtesse de Lorgeril et la Comtesse de Gigou a eu lieu en 1971 et

a été organisée par un certain M Deschamp loueur de chevaux en

Poitou, chez qui j’allais, à une époque, perfectionner mon équitation

naissante aux Sables d’Olonne où il s’exilait l’été.

Ce Monsieur qui amenait des chevaux régulièrement à la chasse en

Poitou  savait que l’Equipage était à la recherche d’un remplaçant

à La Futaie, valet de chien, attiré par d’autres horizons ;

ayant assez vite compris que la vènerie n’était pas son truc !

 

L’entrevue a eu lieu, je n’y étais pas mais je me souviens que ma mère

me narrant l’instant, me dit avoir posé la question à son jeune

vis-à-vis « Qu’est ce que vous voulez faire ? » et la réponse

fut « je veux être Piqueux ! » La réponse était claire et la détermination apparaissait déjà, permettant d’entamer une collaboration  qui s’est avérée longue  et de qualité. C’est comme ça que Michel Brunet s’est retrouvé embauché comme ouvrier agricole à  Langast, et expressément détaché à Pleugueneuc pour mettre en place ce qui deviendra le chenil et l’Equipage de la Bourbansais. Statut qui sera le sien jusqu’en 1991 date de la création de l’Association Equipage de La Bourbansais.

                                                          La tâche n’était pas évidente et il lui a fallu donner de sa personne pour faire en sorte                                                           que les chevaux puissent trouver un gîte, de même pour les chiens, chacun y allant de                                                             sa compétence ; celle de Daguet étant la menuiserie mais il a su s’entourer de                                                                           mécanos pour entretenir les véhicules, de maçons pour modifier ou construire, de                                                                   fournisseurs de compléments alimentaires pour l’élevage  etc ... En même                                                                                   temps qu’être  Piqueux,  Daguet a été un véritable Maître d’œuvre agissant en pleine                                                               entente avec ses Patronnes, tout le monde ayant le souci de bien faire au moindre                                                                   coût.

                                         A noter le soutien indéfectible d’une bande de jeunes attachée à l’Equipage, de                                                                        laquelle aujourd’hui  subsistent Catherine et Hervé , ce dernier ayant eu longtemps la charge de broyer à  Josselin l’orge. Ce fonctionnement lourd pour le Maître d’oeuvre a existé jusqu’à ce que Karine grandisse et David nous arrive du….  Poitou, vers le milieu des années 90, époque où une organisation avec le Domaine Parc Zoologique  a été mise en place et à la grande satisfaction de l’ensemble des intéressés jusqu’à récemment. 

 

 Les débuts de l’Equipage  ont été compliqués par l’absence de

territoire à une proximité  raisonnable. Seul territoire, adjugé

au début pour la chasse du cerf, le massif de Loudéac n’en hébergeait pas ou seulement très épisodiquement. A ce sujet notre ami Eugène Boishardi dit « Patte à Ressort » nous disait régulièrement en voir le jeudi … Or nous chassions le samedi !!!!

De ce fait, il a fallu se déplacer dans des forêts parfois éloignées pour sortir les chiens afin de progresser. A cette époque là les membres étaient assidus aux déplacements car il n’existait que cette possibilité pour chasser  et tous se retrouvaient en Eawy, Orléans, La Coubre, ,Mervent ou certains bois privés de Charente Maritime. Il fallait que les voyages soient organisés ainsi que les séjours, ainsi que l’entretien  du chenil  à La Bourbansais.  On peut dire que le train d'Equipage se déplaçait régulièrement à la satisfaction d’un chacun, mais tout était fait.

 

                                                                                                                   L’Equipage avec le temps s’est étoffé et organisé en                                                                                                                      obtenant des territoires plus proches et plus en                                                                                                                                 harmonie avec son évolution sur le terrain. Si à                                                                                                                                 une époque  il était suffisant de s’assurer 25 cerfs                                                                                                                               par saisons, déplacements compris, il s’est avéré                                                                                                                               nécessaire d’en prévoir 35 pour entretenir le moral                                                                                                                           des chiens et des gens, un peu plus tard. Les                                                                                                                                       territoires de l’époque (années 80) qu’étaient Le                                                                                                                                Gavre, Loudéac toujours et Lanouée  nous                                                                                                                                            apportaient à peine ces attaques et bienvenue fut                                                                                                                              La Hardouinais  avec ses 4/5 cerfs pour compléter .                                                                                                                           

La gestion de ces massifs forestiers conjointement  menée par les gardes et ceux qui y chassent, a permis d’en faire varier les prélèvements à la hausse. Cette gestion n’est pas toujours chose évidente et on peut en juger les effets en prenant pour exemple le Gavre et Loudéac où on est passé de 25 cerfs à 7 pour le premier et de 5 à 17 pour le second en 20 ans. L’implication de Daguet, là où c’était possible, dans cette évolution basée sur des bonnes estimations a été déterminantes en même temps que des membres de l’Equipage assistaient aux comptages ONF. Aujourd’hui il nous

arrive régulièrement de prendre plus de 50 cerfs grâce à  ce que sont devenus nos mêmes territoires.

 

Les soins et l’attention  donnés aux chiens au chenil comme à la chasse ont fait que les Français

Tricolores de  l'Equipage  sont aujourd’hui bons et beaux. 

La décision de tendre vers ce standard, prise à l’arrivée de Daguet, lui a permis d’orienter les

croisements en accord avec les Patronnes .Les  résultats aux expositions sont parlant avec en

premier lieu le chien du Centenaire de la Venerie   « Vendôme » issu de l’élevage de l'Equipage.

Beaucoup d’autres prix sont venus couronner ce travail journalier au grand bonheur des

membres.

Le chenil a en effet longtemps été le point de rencontre des Boutons, des Gilets et des Suiveurs 

et c’est tout naturellement que chacun se retrouvait un peu dans cette réussite globale bien

organisée par les Maîtres en harmonie avec Daguet.

 

Croire que l’Histoire de l’Equipage aurait pu s’écrire mieux, différemment est

illusoire. Elle aurait certainement pu être différente sans cette implication des

membres satisfaits de bénéficier  de la fidélité  et de la compétence d’un artiste

en Vènerie nommé Daguet  piqueux de l'Equipage pendant 40 ans pour le meilleur.

La Daguet -
00:00 / 00:00

Equipage de la Hardouinais