Pourquoi chassons-nous ?


Question saugrenue au premier abord, mais en fait plus compliquée qu’elle n’y paraît.

Je ne parlerai pas ici du besoin de réguler les populations d’animaux sauvages sous peine de voir nos forêts et cultures dévastées.

En effet, nous accomplissons par nécessité de nombreuses tâches sans y trouver le même plaisir que celui que nous éprouvons à courir derrière nos chiens. De la même manière, si le but était uniquement utilitariste, notre approche ne serait évidemment pas la bonne, tant le « rendement » est faible.

La vraie question est donc pourquoi aimons nous chasser avec des chiens courants ?

Et pourquoi sommes nous prêts à supporter tous les sacrifices qui y sont liés ?

Chacun pourra trouver une réponse différente et personnelle, la mienne est que cette chasse nous maintient en contact direct avec la nature. Les modes de vie modernes ont éloigné la plupart d’entre nous de la réalité naturelle. Ainsi plus de 85% de la population française vit aujourd’hui en habitat urbain, étant de facto exclue du milieu naturel. Pour compenser ce « manque », beaucoup s’offrent ce qu’ils pensent être un grand bol de nature en randonnant sur des chemins balisés ou en pique niquant dans un coin de forêt. Mais ces ersatz ne sauraient satisfaire ceux qui souhaitent encore prendre part à la vie sauvage.

La vénerie nous offre une occasion unique de manifester l’instinct de prédation ancré dans chaque individu depuis l’origine de l’humanité. A tous ceux qui prônent à tout bout de phrase le « retour aux sources », je pense que nous avons trouvé le plus fort, deux fois par semaine pour les plus chanceux !

L’immersion dans le monde sauvage est totale, et c’est ici la loi de la nature qui règne. Nous savons tous que celle-ci est souvent belle, mais également dure, loin des clichés véhiculés par les Bambi et autres inventions dont des générations d’enfants ont été abreuvées. Les nombreux documentaires animaliers mettant en scène fauves de la savane ou autres rapaces des montagnes, toujours filmés dans des paysages à couper le souffle, nous le rappellent à chaque épisode. La vénerie ne fait rien d’autre que réunir les conditions pour qu’une telle prédation sauvage se déroule dans nos forêts.

Certes, la pratique contient une certaine violence, car ici le combat n’est pas simulé et les adversaires ne se serreront pas la main à l’issue d’une lutte feinte. Mais il n’y aura pas non plus de triomphalisme déplacé de la part du veneur après une belle chasse, simplement une immense satisfaction d’avoir vu ses chiens l’emporter sur les ruses et la force de l’animal chassé.

La singularité du veneur tient au fait qu’il accepte la nature dans son entièreté c’est-à-dire aussi dans ses aspects les plus durs, en l’occurrence une lutte à mort entre deux espèces animales.

Thibault de Maigret

À l'affiche
Posts récents

Equipage de la Hardouinais